Rechercher dans ce blog

2008/12/17

Critique radicale de la démocratie (4)


Voici maintenant un quatrième problème, celui des stratégies électorales.

Qu’il s’agisse de valider un texte ou de choisir une personne, la dynamique des opinions conduit ceux qui veulent exercer le pouvoir à une tactique de conquête du centre [c’est à dire du neutre], nous dirions donc à la course vers la nullité.

D’un côté, les candidats trop brillants sont exclus par leurs pairs de peur de leur faire de l’ombre. Ceux d’entre vous qui ont eu le loisir de voir l’émission de télévision intitulée « le Maillon Faible » y auront certainement perçu une caricature de ce phénomène bien réel.

D’autre part, dans ce système, les différentes personnes sollicitant les électeurs et souhaitant être élus, doivent évidemment rallier à leur nom le maximum de suffrage. Le système artificiellement bipolaire actuellement en vigueur (mais induit par la réalité logico-mathématique sous jacente) permet à chacun de se positionner sur des territoires socioculturels et éthico-philosophiques théoriquement distincts (par exemple : populo-prolétarien travailleurs pro justice & égalité d’un côté, aristo-bourgeois nantis pro-vérité & liberté de l’autre). Pourtant, nous constatons régulièrement que, dans nos contrées, quand l’un l’emporte, c’est en grappillant sur le territoire conceptuel de l’autre.

En terme plus simple, quand la gauche gagne c’est avec les voix de droites, quand la droite gagne c’est avec les voix de gauche. Nous avons là un biais très grave qui induit une frustration systématique du corps électoral et le conduit à une défiance rampante dont les conséquences pourraient être à terme gravissimes.

2008/12/08

Critique radicale de la démocratie (3)


Le système majoritaire pose un troisième problème, à mes yeux encore bien plus sournois que les deux premiers. Je veux évoquer ici la confusion de la fin et des moyens

Les modes de gouvernement ont été totalement phagocytés par ce procédé au point que la sélection des élites, le vote des lois, les prises de décisions sur les grands choix collectifs par la majorité des votants sont devenues, comme je le disais précédemment, de simples synonymes de démocratie. C'est-à-dire que le moyen (le vote) pérennise sans quasiment aucune possibilité de remise en question les fins (les décisions et le choix des élus).

Pour le dire autrement, l’équation « vote » égale « démocratie » est tellement encrée dans les esprits que toute critique du vote est aujourd’hui assimilée à une prise de position à caractère totalitaire.

Pourtant il ne nous est pas difficile de comprendre qu’il existe une profonde différence entre le probablement nécessaire système de sélection des gouvernants et des législateurs d’une part, et d’autre part, les différents modes de gouvernement possibles.

Il est aussi pratique, puisque nous avons l’équation « vote = démocratie », d’appeler à voter pour tenter de légitimer des options n’ayant vraiment rien de démocratique. Pour ma part, par exemple, je vous enjoins de ne pas oublier qu’Hitler a été porté initialement au pouvoir par une élection régulière. C’est aussi un procédé qui a été largement utilisé de manière caricaturale dans le passé par les soit disant démocraties populaires et qui est encore continuellement utilisé, plus sournoisement il est vrais, sous nos latitudes.

2008/12/01

Critique radicale de la démocratie (2)


Un deuxième problème posé par le vote majoritaire est sa parfaite inadéquation aux nouvelles réalités sociologiques et politiques. Les multi-appartenances politiques, les corpus électoraux multi ethniques, le nomadisme des citoyens devant les grands thèmes politiques et sociaux voir le zapping idéologique et le « cherry-picking » conceptuel conduisent à vider de leur substance les deux piliers du système que sont la délégation de pouvoir et la représentation. Pour à peine caricaturer, les représentants tendent à ne représenter qu’eux même et ne leur sont plus délégués généralement que de pseudos pouvoirs tout justes symboliques.

De plus, les systèmes de vote majoritaires ne peuvent pas réguler les espaces politiques dans lesquels les supposées différences sont irréductibles à courte échéance. Prenez, par exemple, l’impossible démocratie en Irak où la prise de pouvoir par la majorité des uns conduira purement et simplement à l’annihilation de la minorité des autres. Il existe un certain nombre d’autres exemples notamment en Afrique sub-saharienne ou l’application dogmatique du principe majoritaire en antagonisme avec les réalités historico-ethniques a déjà conduit à de terribles massacres.

2008/11/25

Critique radicale de la démocratie. 1


Nous sommes souvent appelés à valider une décision grâce à l’expression d’une majorité de suffrages.

Cette méthode de validation des options est tellement encrée aujourd’hui dans notre paysage intellectuel que nous sommes rarement amenés à nous interroger sur sa légitimité. Au fond, comme d’évidence la raison des plus nombreux est toujours la meilleure, la légitimité du vote n’est jamais remise en question. Pour le dire autrement le résultat d’un vote, s’il est libre et régulier, nous semble nécessairement le meilleur choix possible… voir même, la seule expression rationnelle de la volonté collective, c'est-à-dire la seule expression possible et indépassable de la démocratie.

C’est que le vote est pratique, il suffit de voir un groupe d’enfants l’employer naturellement pour décider s’ils vont jouer à colin-maillard ou à cache-cache pour percevoir sa terrible efficacité. Dès cinq ans, nos chers petits comprennent comment l’utiliser, voire le manipuler. Nous pouvons observer que le vote intervient parmi les enfants quasi spontanément quand il n’y pas consensus, c'est-à-dire, en pratique, quand il y a désaccord ou possibilité voire suspicion de désaccord. En effet, quel est l’intérêt d’appeler au vote si l’on sait d’avance que tout le monde est du même avis ? C’est bien lorsque qu’il y a divergence d’opinion que le vote semble avantageux, qu’il est sensé servir à quelque chose.

Une suspicion naturelle nous assaille d’ailleurs lorsqu’un suffrage conduit à une quasi-unanimité. Nous supposons alors, souvent avec raison, quelque truquage ou quelque manipulation.

Nous voyons donc bien que le vote est sensé être utile uniquement lorsqu’il s’agit de décider dans une situation où les gens ne sont pas d’accord.

La question de la légitimité de l’élection peut se poser néanmoins avec acuité si l’on veut bien considérer avec une froide objectivité les nombreux problèmes posés par les différentes applications de ce système présenté toujours comme universel et indépassable.

Contrairement aux apparences et à une croyance tenace, l’expression du vote n’est pas logiquement et mathématiquement le meilleur moyen d’exprimer la volonté collective. En fait, il l’est mais, malheureusement, uniquement dans un seul cas limite, celui ou il n’y a que deux options possibles, un seul vote (c'est-à-dire pas de votes successifs), et un corps électoral homogène. Dans tous les autres cas le suffrage majoritaire n’est pas la meilleure expression de la volonté du corps électoral.

Il est facile de constater que ces conditions ne sont pratiquement jamais atteintes dans le monde réel, en effet :

- il y a toujours plus de deux options offertes... car notre monde n’est pas du tout binaire
- le vote s’inscrit dans une temporalité, une succession de choix dont les précédents influent sur les suivants
- Le corps électoral, « le peuple », n’est pas homogène mais ses opinions, ses appartenances et ses goûts sont multiples voire variables

Dès lors, les élections conduisent systématiquement à un choix sub-optimal. Pire encore, au fur et à mesure que les systèmes réels dits démocratiques évoluent, ils s’éloignent de ces conditions « idéales ».

C'est-à-dire que les choix possibles sont de plus en plus nombreux et complexes, que l’historique des suffrages précédents pèse de plus en plus lourd sur le suffrage en cours et, pour finir que le corps électoral se fragmente en corps de plus en plus petits, nombreux, complexes et souvent antagonistes.

De fait, dans ces conditions réelles, les résultats des votes tendent à s’éloigner dans des proportions de plus en plus grandes des aspirations de chacun et surtout de l’intérêt du plus grand nombre. Vous comprenez pourquoi la seule institution à s’être élevée en 1848 contre l’établissement du suffrage universel a été l’Académie des Sciences qui avait déjà en sa possession tous les outils théoriques pour percevoir l’inanité de ce système sans avoir sur ce thème, à l’époque, les idées préconçues stérilisantes d’aujourd’hui.

La suite la semaine prochaine.