Rechercher dans ce blog

2010/02/22

Critique de l'idée de Dieu (2)








Le monothéisme semble dater de deux ou trois millénaires tout au plus alors qu’il existe des traces d’activité symboliques humaines depuis plusieurs dizaines de millier d’années.

Imaginez un instant la scène : cinq minutes avant l’invention des dieux : pas de dieu ! Ou bien alors, pour satisfaire les croyants, admettons qu’il en existait peut être, mais que les créatures humaines présentes à la surface du globe n’en avaient cure.

Si l’on avait effectivement peur de l’orage et de la nuit, on ne se risquait pas à leur affecter une personnalité. A la rigueur leur attribuait-on une intention… Nous pouvons bien admettre que nos lointains ancêtres avaient intellectuellement à leur disposition une forme de proto-divinité...

Et puis, cinq minutes plus tard : pouf ! Plein de dieux. Un dieu pour la pluie, un pour le vent, un pour le soleil, une grosse déesse pour les gros arbres, un dieu pour le gibier à plume, une déesse plus petite pour les petits poissons des rivières, un tout petit dieu pour les cailloux sur le chemin, un jeune déesse pour la roue des saisons et aussi une déesse pour les rages de dent (qui avaient, suivant certaines preuves archéologiques, beaucoup d’importance dans la vie quotidienne à cet époque) etc.

Nous comprenons avec cette illustration que l’idée de dieu répondait à un besoin. Comme lors du big-bang, une multitude de particules surgit lors de l’enfantement de l’idée de dieu. Chacune d’entre elle reprenait des parcelles de la… disons… sublime intuition originale en l’incarnant dans les éléments de la vie quotidienne de notre ancêtre préhistorique.